Journal de la LCR - saison IX

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Journal de la LCR - saison IX

Message par Eric Cartman le Dim 03 Oct 2010, 22:10

avatar
Eric Cartman
Consommateur régulier
Consommateur régulier

Nombre de messages : 362
Age : 34
Equipe : South Park Eric Rien qu'a Moitié
Ambition : Faire chier ce connard de Kyle
Date d'inscription : 09/08/2004

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Journal de la LCR - saison IX

Message par Julien le Mer 06 Oct 2010, 07:58

LA LCR SE FAIT RESPECTER

Si, dans le sport, l’on entre toujours sur le terrain dans l’optique de remporter le match, il n’en demeure pas moins vrai que la LCR avait à cœur de ne pas se louper lors de ses deux dernières sorties, face à la Nem Team et à la LFP. Mission réussie : les deux rencontres se sont soldées par des succès pour l’équipe emmenée par un Robert De Niro au meilleur de sa forme. Celui-ci revient pour nous sur la continuation d’une belle série de victoires. Une série toujours en cours.


Le calendrier de cette saison 2010-2011 me fait de plus en plus rêver. La fois précédente, je m’étais sans doute montré un peu excessif dans mes critiques envers le PAF. Car, finalement, en ce moment, c’est toutes les semaines que j’ai l’impression de jouer Arles-Avignon. La LFP, par son nombre de points. La New Team, par ses méthodes de gestion. La seule différence avec le club provençal, c’est que son président Anthony change son effectif en cours de saison et non avant. J’avoue que je trouve cela un peu particulier mais j’imagine qu’il ne fallait pas s’attendre à autre chose de la part d’un Montpelliérain parti à Paris pour ses affaires et s’étant jeté sur un petit club promu comme la misère sur le pauvre monde.

On a gagné, ok, mais, dans ces conditions, n’attendez pas de ma part des envolées lyriques ou des débordements incontrôlés de joie. Mes joueurs n’ont fait que leur job. Vous remerciez chaque jour votre boulanger d’avoir fait du pain, vous ? J’en ai rien à carer, moi, qu’il se lève tous les jours à trois heures du matin : si un jour son pain n’est pas assez cuit ou s’il manque d’un chouïa de sel, soit je lui fais bouffer toute sa pâte, soit je vais voir son concurrent du trottoir d’en face. Je ne supporte pas la médiocrité. Maintenant, ne soyons pas ingrats : je note avec intérêt que les notes de mes joueurs progressent de journée en journée, et qu’aucun d’entre eux a eu moins de 5 lors de ces deux journées. Enfin, l’intérêt, ce sont surtout eux qui l’ont de ne pas me décevoir. Car quand je suis déçu, je suis comme mon chat qui cherche à pisser la nuit et que j’ai la flemme de me lever : je suis sur les nerfs, je bute quelqu’un (en l’occurrence, ce n’était qu’une souris, mais je pense que c’est symbolique) et je finis par pisser sur ma victime.

La New Team m’a fait passer un bon moment. Parce que ce sont ses internationaux qui ont foiré les premiers. Benoît Cheyrou (qui a pourtant fait les beaux jours de la LCR il ya deux ans) ? 4 ! Hoarau, la relève de l’Equipe de France ? 4 ! Lloris, le mec qui rentre sur le terrain avec 6 points assurés et qui ne fait que des arrêts miracles sauf quand on voit les matches ? 5 ! Y a qu’à voir le niveau de l’équipe : son meilleur joueur, ç’a été Taiwo, le gars qui doit ses rares buts au fait qu’il centre aussi bien que visent les militaires allemands en Afghanistan. Le plus dur, pour nous, ç’a été de rester concentrés jusqu’au bout. Parce qu’entre les supporters qui ont chanté Le petit bonhomme en mousse pendant 90 minutes, les attaquants qui marchaient sur le ballon, Hansson dans le rôle de l’homme-chose, on se serait cru sur France 2 le samedi soir. Sans compter que le président Anthony fait tourner les serviettes sur son Iphone. Ah, quand le sort s’acharne comme ça, c’est cruel. Terriblement cruel. Implacablement cruel.

Enfin, tout ça, ce n’était rien par rapport à la réception de la LFP. J’essaie d’avoir beaucoup de respect pour le président La Looze mais si quelqu’un pouvait lui faire comprendre qu’il ne sert à rien de vouloir imiter les grandes personnes… Monsieur a cru bon œuvrer sur le délicat car miné terrain de la provocation avant la rencontre. Il a eu l’arrogance du pizzaiolo qui te fait bien sentir qu’il est le seul à décider du nombre d’anchois, d’olives ou de tranches de chorizo qu’il mettra sur ta pizza. Son SMS reçu le matin même de la rencontre est si remarquable de connerie que je tiens à vous le faire partager, chers lecteurs :
« Oh les peintres de la LCR, vous croyez nous faire peur, surtout avec votre attaquant vedette Guy Roux ? On va vous maraver, pauvres libéralistes que vous êtes. Vous allez détaler comme des lapins devant notre puissance de feu du bonbon suisse Micola qui, après avoir marqué, fera faire la Roux à ton autre attaquant ; et, surtout, n’oubliez pas qu’il y a un seul Marveaux, only one, et c’est Joris. Quant à ton défenseur, le joueur de carte, le soi disant néo bleu qui doit sa place au fait que Domenech ait rendu chèvres tous les autres défenseurs français, il ne vaut rien comparé à notre immense Coulibaly. Enfin, devant la technique d’intimidation de ton coach qui a une voix de tapette, tu peux lui dire que le canari chinois était moins risible que lui. D’ailleurs, vous allez avoir un accueil ce soir à la pailladine, tout en bombes agricoles. »

Reçu le 02/10/2010 à 10:58:50
Avouez que c’est un modèle du genre ! Passons outre le fait que l’on dit libéraux et non libéralistes, tant qu’on est à gauche, on n’est pas là pour faire de la politique. Les jeux de mots foireux ? Mettons ça sur le compte du stress, ce n’est qu’anecdotique ! Les attaques personnelles ? Boudi, j’en ai vu d’autres ! Mais, sur le fond, sachant que mes meilleurs joueurs ont été Sylvain Marveaux et Adil Rami, cela devrait mettre en garde bon nombre de présidents : la provocation décuple nos forces ; l’arme est toujours prête à être retournée contre vous, vous êtes prévenus. Le top, c’est tout de même de constater que La Looze, le matin d’une rencontre, n’est pas au courant du lieu du match : quand on est sans racine, on se croit partout chez soi alors que, au contraire, on ne l’est nulle part. Ne lui en faisons pas trop grief : en Lozère, n’importe quel champ abandonné par un agriculteur qui s’est pendu est un terrain de foot en puissance. Comment, dans ces cas-là, distinguer une enceinte sportive d’une autre ? Je pense qu’il a du comprendre que la rencontre avait lieu à Tarascon lorsqu’il a été en contact avec la civilisation. Un indice : son téléphone portable passait, les gens y parlaient un langage compréhensible et châtié et il y avait de la lumière dans les rues. Ah oui, parce qu’il y avait des rues !

Un mot sur l’entraîneur de la Looze pour un Football Populaire. Monsieur Alf a l’air de venir d’une autre planète. Etre décalé ne me gêne pas par principe, mais il faut absolument qu’il arrête de vouloir bouffer des chats. C’est qu’il y en a des milliers à Tarascon, depuis qu’une sardine y bloque le port. J’ai tenté un trait d’humour en lui disant « si t’aimes les chats, t’as qu’à aller voir Zahia », mais j’ai compris à son regard aussi vide que la bouteille de Ricard de 300 litres du président du CUL qu’il n’avait pas saisi la nuance. Je la trouvais pourtant au poil cette blague, c’est dommage ! En tout cas, j’ai bien aimé le coup de poker de l’entraîneur de la LFP : Coulibaly, 4. Ca fait rêver tant d’inspiration. BHL peut dormir tranquille.

Avec tout ça, je commence vraiment à aimer ce sport. Je sais bien que je ne rencontrerai pas autant de comiques tous les week-ends mais il y a pas mal d’autres choses plaisantes. A commencer par la gestion d’un groupe. Je peux écraser les traitres à coup de batte de base-ball sans que cela ait d’incidence sur le niveau de ma formation. Je peux profiter du fait que Chrétien n’ait pas une once d’amour propre et une mémoire instantanée de 10 minutes pour ne plus le faire jouer sans qu’il en éprouve de l’aigreur. Mais, en même temps, j’ai encore beaucoup de choses à apprendre : dire que mon joueur le plus régulier, Kevin Anin, on l'a pris sans le connaître et j’ai failli le lâcher d’entrée pour une bouchée de pain ! Bien m’en a pris de m’abstenir. Ce mec est une perle, et je ne dis pas ça parce qu’il a un QI d’huître. A ma décharge, je ne pouvais pas savoir qu'il était bon : il a le physique des gars de Brooklyn qui, dans mes films, écoutent de la musique sur le trottoir et invectivent les automobilistes.

Prochaine étape : un déplacement sur le terrain de la SNCF. J’entends bien leur faire payer leur insistance à vouloir débaucher certaines de mes ouailles. Mais je sais que ce ne sera pas une partie de plaisir : je vous raconte pas l’odeur avec tous les poissonniers qu’ils se traînent… Je crains que ceux-ci flambent. Ce sera à nous de leur parler du pays, puisqu’on le connaît mieux qu’eux. On a deux semaines pour peaufiner tout ça. Gare, gare…

La Grovence,
le 6 octobre 2010

P.S. Quant à Monsieur Cartman, n’oubliez pas que la vengeance est un plat qui se mange glacé (je sais que vous ne comprenez que les allusions à la bouffe). J’avais pour principe de ne jamais frapper un enfant. Mais, les principes, ça va, ça vient…
avatar
Julien
Promu
Promu

Nombre de messages : 704
Age : 33
Equipe : La Ligue des Chevaliers de la Rose
Ambition : Conquérir le monde.
Palmarès : Vainqueur du championnat 2010/2011.
Date d'inscription : 04/08/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Journal de la LCR - saison IX

Message par Julien le Mer 20 Oct 2010, 20:21

La SNCF en grève : la LCR en première ligne


« Dans le football, il n’est pas interdit d’avoir de la chance. » C’est avec ces mots que le président Julien a commenté la victoire acquise sur le terrain de la SNCF. Voyons voir si Robert De Niro, qui revient pour nous sur cette dernière rencontre, est dans le même état d’esprit.


Pu-tain, j’ai cru qu’on n’y arriverait jamais !!! Malgré les préavis, nous sommes tombés dans une véritable ville morte. A la SNCF, tout le monde est en grève : les jardiniers, les stadiers, le public, l’entraîneur, le président. Et, bien entendu, les joueurs. Avant d’entrer sur la pelouse, j’avais les nerfs ! Je leur ai donc concocté un régime spécial aux cheminots… Ma tactique ? Ne pas en avoir. Je sais qu’ils avaient étudié toute la semaine nos dernières rencontres, sur K7 (oui, le DVD n’est pas arrivé là-bas, il est bloqué à la douane), donc j’ai pris le pli de faire n’importe quoi. J’ai ainsi composé sans Mignot, Didot, Béria, Chrétien & co ! Et si ça ne suffisait pas, je suis même allé réveiller de leur sommeil deux brêles : Sirieix et Birsa, que l’on a gentiment renvoyé chez elles (leur refusant même de monter dans le bus au retour), avec la promesse de ne plus jamais se revoir.

Quand ils ont vu tout ça, les SNCFistes, ils sont restés cons. Vous me direz, ils l’étaient déjà beaucoup avant, ça n’a pas changé grand-chose à leurs affaires. Du coup, ils ont tenté par tous les moyens de déstabiliser mon équipe. Ils ont tout d’abord bloqué M’Bia dans les vestiaires. Ensuite, certains, comme Ayew et Pecjinovic, ont engagé une opération escargot. Puis on en a vu défiler des quiches ! Aussi, mon équipe s’est rapidement retrouvée en pénurie d’eau, des piquets bloquant l’accès à tous les points de distribution. La soirée n’a été qu’une surenchère de débordements. Le summum, ç’a été Alou Diarra, qui s’en est ouvertement pris aux forces de l’ordre. Counasse, encore un bon celui-là. On dirait Gollum : il pète un câble puis, trente secondes plus tard, il vient s’excuser et nous dire qu'il est gentil, en fait. En même temps, il avait de quoi être énervé. Younes Belhanda, dans un tempérament chambreur samedi soir, quand il a su que Diarra avait remplacé Toulalan en Equipe de France, s’est empressé d’aller lui demander : « ça ne te fait rien d’avoir des cheveux blancs à 29 ans ? » Ou encore « la seule chose que je te reconnais, c’est qu’à la place de Toulalan, t’aurais pas fait cette lettre en Afrique du Sud. C’est qu’il faudrait savoir écrire pour ça… »


Petit message personnel,
en l’honneur du président de la SNCF...
Enfin, malgré tout cela, il ne faut pas faire totalement abstraction du terrain, le vrai. Giroud, auteur d’une très belle partie, mérite d’être honoré. Je me demande à partir de quel moment je vais rappeler la BBB à son bon souvenir. Par ailleurs, le jeune Diarra a fait une prestation solide, tout comme Sorin et Frau. Mais ma plus belle inspiration, celle qui s’est avérée décisive dans l’optique du résultat final, ç’a été d’oublier Kevin Anin à Tarascon. Bon, maintenant, je peux vous le dire, je n’ai pas tant de mérite que ça : la nuit précédant la rencontre, le frère de Zidane m’a parlé et m’a convaincu de faire sans mon milieu de terrain. Le tout, cependant, dans un langage peu châtier : « non mais t’as vu sa gueule ? On dirait Tahiti Bob ! Faut vraiment que tu lui dises d’aller se faire couper les cheveux. » On était assez loin des terrains mais, tout bien réfléchi, j’ai accédé à sa requête. C’est vrai que les palmiers, c’est rigolo en Floride ou pendant le festival de Cannes mais c’est pas crédible en hiver.


On est la LCR,
On est v’nu jusque là
Et on vous fait un cul comme ça !!!
Bref, ce fut une soirée particulière. Mon équipe n’a pas fait un bon match, c’est certain. Mais elle a gagné ! C’est bien là l’essentiel. Mon seul regret ? Celui de ne pas avoir vu Valbuena sur le terrain samedi soir. C’est que j’aimerais bien connaître le véritable âge du Père Fourras. Michaël Chrétien, il a dit 190 ans. Je sais que c’est pas possible, vu que la TV n’existait pas il y a 190 ans. Il est vraiment abruti, mon arrière droit qui pourrait ne plus l’être très longtemps.
Maintenant, pour tous les journaleux qui me prennent le chou avec leurs questions de merde sur la première place, je leur dis que, non, je ne vise pas le titre. Mais, en même temps, ne comptez pas sur moi pour dire que je suis surpris par le classement de mes ouailles. Elles savent qu’elles n’ont qu’un seul intérêt : gagner. Sans ça, il y aurait sanction. Donc ce qui nous arrive n’est pas un exploit. Ce qui en est un, en revanche, c’est de partager le fauteuil de leader avec Cartman, vu la taille de son cul. J’attends d’ailleurs avec impatience la réception de Laurel et Hardy ! Aussi, pour le protocole d’accueil, il me faudra connaître le nom du seul et unique président du SPERM. C’est que l’on ne crève pas les pneus et l’on ne menace pas la famille de n’importe qui ! On sait se tenir, à la LCR.

P.S. Une pensée émue pour la New Team, dont le président est pris en otage depuis plus de 30 jours par de lâches grévistes. Nous souhaitons à sa formation que la situation dure, dure, et dure encore et encore ! Voilà bien la seule planche de salut de la NT : que les incompétents en soient longtemps éloignés.

La Grovence,
le 20 octobre 2010
avatar
Julien
Promu
Promu

Nombre de messages : 704
Age : 33
Equipe : La Ligue des Chevaliers de la Rose
Ambition : Conquérir le monde.
Palmarès : Vainqueur du championnat 2010/2011.
Date d'inscription : 04/08/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Journal de la LCR - saison IX

Message par bartom_34 le Jeu 21 Oct 2010, 11:41

Vous n'avez rien compris monsieur le président de la LCR. Nous à la SNCF on a des valeurs ! On n'accepte pas que le président de la FFF ait subitement décidé qu'on ne puisse quitter le Fantasy avant nos 67 bougies. Non pas qu'on se déplaise à y jouer mais plutôt parce qu'il n'a jamais pris en compte la pénibilité.

Avoir dans son championnat une équipe de football moyenâgeuse qui fait encore ses déplacements à cheval et qui a racheté tout le stock de maillots du Stade Français invendu depuis 10 ans en guise d’accoutrement, où vas-t-on ? Je vous le demande !

_________________
Saison IV : 9ème sur 14
Saison V : 1er sur 14
Saison VI : 3ème sur 14
Saison VII : 4ème sur 14
_________________
Découvrez mon blog sur la Bière !
avatar
bartom_34
Complètement dépendant
Complètement dépendant

Nombre de messages : 1509
Age : 28
Equipe : Siver Night Celleneuve Foot
Ambition : Le maintien pardii !
Palmarès : Champion de la saison V
Date d'inscription : 01/08/2005

Voir le profil de l'utilisateur http://www.happybeertime.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Journal de la LCR - saison IX

Message par Julien le Ven 22 Oct 2010, 20:58

La pénibilité ? Mais arrêtez votre démagogie ! Vos joueurs jouent à deux à l'heure. Et, encore, ils font leur boulot qu'une fois sur trois. La seule pénibilité qui existe, c'est pour vos supporters qui doivent se coltiner vos rencontres d'une indigence sans nom.

De toute façon, vous ne pouvez pas arrêter de jouer tant que vous n'avez pas remboursé tous vos crédits. Et à l'heure où l'endettement privé est venu se substituer au salaire, gageons que vous en ayez au minimum jusqu'à 75 ans. This is the law ! Quand vous serez mort, vous aurez tout le temps de vous reposer. De quoi vous plaignez vous ? Le repos éternel, y a que ça de vrai !

Bien à vous, cher confrère,

Julien.
avatar
Julien
Promu
Promu

Nombre de messages : 704
Age : 33
Equipe : La Ligue des Chevaliers de la Rose
Ambition : Conquérir le monde.
Palmarès : Vainqueur du championnat 2010/2011.
Date d'inscription : 04/08/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Journal de la LCR - saison IX

Message par Julien le Mer 16 Fév 2011, 22:00

Les négociations pour Kevin Gameiro entre le CUL et la LCR, comme si vous y étiez ! A ne surtout pas montrer dans les écoles de commerce.

avatar
Julien
Promu
Promu

Nombre de messages : 704
Age : 33
Equipe : La Ligue des Chevaliers de la Rose
Ambition : Conquérir le monde.
Palmarès : Vainqueur du championnat 2010/2011.
Date d'inscription : 04/08/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Journal de la LCR - saison IX

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum